Anesthésie locale sans crème, quelles sont les solutions naturelles ?

Une anesthésie locale a pour but de bloquer les sensations de douleur sur une zone spécifique du corps. Les anesthésiques locaux sont généralement administrés par injection dans la zone du corps qui doit être anesthésiée. Ces produits peuvent également être appliqués directement sur la peau ou les muqueuses par l’intermédiaire de crèmes anesthésiantes comme la crème Emla. Cette forme d’anesthésie est généralement utilisée pour des procédures mineures dans la bouche, les gencives, le tympan, ou à la surface de la peau. Vu les nombreux effets secondaires associés aux substances synthétiques utilisées, on peut légitimement se poser la question de savoir s’il n’existe pas d’alternatives naturelles. Nous allons dans les lignes qui suivent, nous intéresser aux solutions naturelles pour anesthésie locale.

Anesthésie locale naturelle avec le girofle

L’huile de girofle a été utilisée pendant des siècles pour soulager les maux de dent et des études récentes montrent qu’elle est fondamentalement aussi efficace que la benzocaïne, en ce qui concerne le soulagement de la douleur. Vous pouvez en faire un gel ou l’appliquer directement sur votre gencive. Les clous de girofle contiennent une substance connue sous l’appellation d’eugénol. L’eugénol est en même temps un antiseptique et un anesthésiant. Elle aide éliminer la douleur causée par l’infection.

Clou de girofle

Une méthode très simple pour profiter du pouvoir anesthésiant du girofle consiste à placer quelques clous de girofle entiers dans la bouche, à les humidifier avec de la salive jusqu’à ce qu’ils se ramollissent, puis les broyer entre vos molaires pour libérer l’huile qui soulagera la douleur. Gardez les gousses ramollies contre votre dent douloureuse pendant 30 minutes avant de les jeter, puis recommencez le processus.

Écraser des clous de girofle entier avant de les placer contre vos gencives peut aider à éliminer la sensation de douleur. Cette solution naturelle est préférable pour les personnes dont le mal de dents est si pénible qu’elles ne peuvent pas mâcher quoi que ce soit. Prenez un morceau de tissu mince en coton et placez-y 3 ou 4 gousses entières à l’intérieur. Écrasez les clous de girofle avec un marteau ou un livre lourd. Placez ensuite la poudre obtenue sur les gencives avant l’intervention.

Le curare

Le curare provient de la sève de diverses plantes des forêts tropicales d’Amérique du Sud. Communément connu sous le nom de poison à flèche, il a été utilisé par les peuples indigènes de l’Amazonie sur les pointes de fléchettes de sarbacanes pour paralyser des proies. Cet effet paralytique permet d’utiliser le curare comme anesthésique en intraveineuse. Il détend les muscles et tranquillise le patient durant l’intervention chirurgicale.

Curare

Les relaxants musculaires sont utilisés en anesthésie moderne pour de nombreuses raisons. Ils fournissent, par exemple, des conditions opératoires optimales en facilitant des procédures comme l’intubation. Avant la découverte du curare, les anesthésiologistes avaient besoin d’utiliser des doses plus importantes d’agents anesthésiques, comme l’éther, le chloroforme ou le cyclopropane pour atteindre ces objectifs. Une telle pratique avait un risque élevé de tuer les patients âgés ou ceux qui souffraient de problèmes cardiaques.

La capacité de provoquer une relaxation musculaire indépendamment de la sédation a permis aux anesthésistes d’ajuster les deux effets indépendamment afin de s’assurer que leurs patients sont inconscients et suffisamment détendus pour permettre une intervention chirurgicale. Il existe des dizaines de plantes à partir desquelles des isocinoléines et des alcaloïdes indole avec des effets curarisants peuvent être isolés. La plus grande partie appartiennent à la famille des Menispermaceae, avec des espèces comme Chondrodendron tomentosum et Sciadotenia toxifera.

Le piment

En plus de nombreux autres avantages pour la santé, la capsaïcine du piment possède des propriétés anesthésiantes, qui en font une plante largement utilisée pour le traitement d’affections douloureuses comme l’arthrite, la bursite, le psoriasis, l’eczéma, les douleurs musculaires et les douleurs nerveuses. La capsaïcine est le produit chimique qui confère aux piments leur propriété irritante. Lorsqu’elle est utilisée en application topique, elle provoque la libération d’un composé chimique connu sous le nom de  Substance P. Cette substance inhibe alors la transmission de la douleur des nerfs au cerveau.

Piment

En plus de la capsaïcine, le piment contient également des salicylates, des composés similaires à ceux présents dans l’aspirine. La meilleure façon d’appliquer le piment sur votre peau est d’en faire une solution en utilisant de l’huile de coco ou d’autres huiles naturelles. Lorsque vous l’appliquerez, vous sentirez en premier lieu une sensation de chaleur, due à la saturation des nerfs par la Substance P. Une fois que cette sensation s’estompera, vous sentirez un soulagement significatif de la douleur.

Il existe des solutions naturelles très fiables aux anesthésiques locaux de synthèse. Ces substances naturelles permettent d’atteindre des niveaux très satisfaisant d’anesthésie, tout en étant dépourvus des effets indésirables inhérents aux produits de synthèse. Les composés ci-dessus énumérés ne sont qu’une infime partie des anesthésiques locaux naturels. Durant des siècles, des ingrédients comme la myrrhe, l’opium et la cocaïne ont été utilisés par les populations indigènes en vue de gérer la douleur.

Leave a Reply