Chenilles processionnaires, quels dangers pour la santé ?

Les chenilles processionnaires du pin sont les larves d’un papillon de nuit dénommé Thaumetopoea pityocampa. Elles constituent l’un des déprédateurs principaux des plants de cèdres et des forêts de pins de l’Asie centrale, de l’Afrique du Nord et des pays du sud de l’Europe. Ces parasites ne nuisent cependant pas qu’aux seules plantes. Leurs poils urticants sont susceptibles de provoquer un certain nombre de problèmes de santé, dont des réactions allergiques graves aussi bien chez les humains que les animaux de compagnie.

Description

L’espèce est remarquable par le comportement des chenilles processionnaires, qui hivernent dans des nids en forme de tente au sommet des pins et qui traversent les bois en formant de longues processions. Cette larve de couleur brun-noir dispose de tâches rougeâtres sur les flancs et le dos. Sa face ventrale est glabre, tandis que le reste du corps est pourvue d’une pilosité fine et très dense. Selon le stade larvaire, les chenilles processionnaires peuvent atteindre jusqu’à 4 centimètres de long. Afin de s’abriter du froid, elles construisent des cocons en soie.

Mécanisme de défense redoutable

Lorsqu’elle est à son troisième stade larvaire, soit 90 jours après son éclosion, la larve de Thaumetopoea pityocampa dispose d’un mécanisme de défense plutôt original. Situé sur son dos, ce dispositif est un appareil urticant. Il produit des poils très fins dont l’épaisseur est de l’ordre du micromètre. Ces poils empoisonnés sont imbibés d’une substance très urticante. Une fois que la chenille se sent menacée, elle projette en l’air ces micro-poils qui pénètrent dans la peau des animaux situés à proximité. Une fois à l’intérieur de l’hôte, les poils se cassent et libère leur contenu urticant. Ceci peut arriver en touchant les chenilles ou en manipulant leur nid. Les poils peuvent être également transportés par le vent et entrer en contact avec une personne qui se promène dans les environs.

Effets des chenilles processionnaires sur l’homme

Lorsque les humains entrent en contact avec les poils de ces chenilles, ils peuvent développer diverses réactions allant de l’inflammation légère et de l’irritation à un choc anaphylactique sévère. Si les poils entrent en contact avec la peau, il peut se former une éruption cutanée (dermatite) doublée de démangeaisons et de douleurs, qui peut durer jusqu’à trois semaines. Plus l’individu se gratte et plus la démangeaison s’aggrave. La contamination se produit généralement dans les forêts de pin et rarement dans les villes. La dermatite est généralement observée à la fin du printemps et surtout d’avril à juin, parmi les campeurs et les touristes.

L’éruption débute 1 à 12 heures après le contact avec les poils et présente des démangeaisons intenses et continues. Morphologiquement, elle se présente sous la forme de lésions rosées sur une base œdémateuse. Le diagnostic est généralement simple. Le mécanisme pathogénique est mécanique, pharmacologique et de nature allergique. Les pires problèmes se produisent lorsque l’individu entre directement en contact avec la chenille processionnaire et ingère ses poils. Dans ce cas, il faut consulter d’urgence un médecin. En plus de ces problèmes, les poils de la larve peuvent causer des maux de gorge, des difficultés respiratoires ou des problèmes oculaires.

Dangers pour les animaux de compagnie

Ces chenilles sont très dangereuses pour les chiens. S’ils les avalent, cela peut provoquer une nécrose de la langue et ils en peuvent mourir. Une muselière complète est recommandée, si vous n’avez pas d’autre choix que de traverser une zone infestée de larves avec votre chien. En bref, ne promenez pas votre chien de mars à juin dans des régions où la chenille processionnaire du pin pullule et ne prenez surtout pas de jeunes enfants avec vous.

Traitement

Les mesures thérapeutiques comprennent l’utilisation de corticostéroïdes et d’antihistaminiques topiques. L’administration peut être orale ou intramusculaire par rapport à la gravité de la réaction allergique. Les douches à eau froide sans séchage ultérieur de la peau affectée sont efficaces pour soulager la douleur et les démangeaisons. S’il s’agit d’une urgence, il faut informer le médecin que le patient s’est promené dans les bois.

Larves reconnaissables par leur manie de se déplacer en colonnes de plusieurs individus, les chenilles processionnaires constituent un véritable danger aussi bien pour les hommes que pour les animaux de compagnie. Le contact avec leurs poils peut causer des problèmes de santé graves comme la dermatite ou un choc anaphylactique. Dans le cas des animaux domestiques, cela peut facilement conduire à la mort. Il est donc vivement conseillé d’éviter de les manipuler ou d’essayer de détruire leurs nids. Cette tâche doit être réservée à des professionnels aguerris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.