Citrons jaunes et acides

Le citron : acide, alcalin… ou les deux ?

Le citron, le fruit du citronnier, est un agrume. Il renferme de nombreuse substances au nombre desquelles figure l’acide citrique. Il est, par ailleurs, caractérisé par un potentiel hydrogène (pH) compris entre 2 et 2,5. Or, un liquide est dit acide lorsque le pH est compris dans l’intervalle compris entre 0 et 7. L’acidité de cet agrume citron est, donc, établie. Elle provient en grande partie de l’acide citrique. Mais, après transformation par le biais de la digestion, le jus de citron au goût acide, génère des éléments alcalinisants. Ainsi, il se transforme dans l’organisme et devient un aliment alcalin. Que peut-on alors conclure : le citron est-il acide ou alcalin ? A-t-il la particularité d’être à la fois acide et alcalin ?

Le citron, un aliment au gout acide

Le potentiel d’hydrogène ou pH est un indice qui permet de mesurer l’activité chimique des ions hydrogènes dans une solution. Sur une échelle, allant de 0 à 14, un pH de 7 est dit neutre, il est acide lorsqu’il est inférieur à 7. Quand le pH est supérieur à 7, il est alcalin.

Ainsi, il est possible de savoir si une solution chimique est acide, neutre ou alcaline en évaluant la concentration d’ions hydrogène qu’elle contient. Avec un pH compris entre 2 et 2,5, le jus de citron est, donc, acide. Lorsque le jus de citron est en solution dans l’eau ou dans d’autres milieux liquides, il libère des ions d’hydrogène avec une acidité qui définit le pH qui le caractérise. L’acidité de la solution est, donc, due à la présence d’ions hydrogène en quantité plus ou importante.

Citrons jaunes et acides

Le citron contient, par ailleurs, des acides qui lui confèrent ce goût piquant ou acide au niveau des papilles gustatives. Ce sont, essentiellement, des acides organiques estimés à environ 5 g pour 100g. Les acides organiques, l’acide citrique qui est en quantité supérieure par rapport à bien d’autres, notamment, l’acide malique, l’acide caféique et l’acide férulique. L’acidité du citron est, également, liée à cette composition en acides organiques. Ces acides organiques liquides sont appelés des acides faibles.

Le citron a un effet alcalinisant

L’indice PRAL (Potential Renal Acid Load ou en français charge rénale acide potentielle) indique l’effet acidifiant ou alcalinisant d’un aliment sur l’organisme. En d’autres termes, c’est l’indice d’acidité et d’alcalinité des aliments. Il permet d’évaluer la quantité d’éléments acides ou alcalins qu’un aliment produit dans les urines après la digestion ou la charge acide ou alcaline générée dans l’organisme par 100 g d’aliment. Il s’exprime en milléquivalents (mEq). Lorsqu’il est positif, c’est-à-dire supérieur à 0 (zéro), il signifie que l’aliment à un effet acidifiant sur l’organisme. Quand il est négatif ou inférieur à 0 (zéro), cela traduit l’effet alcalinisant de l’aliment sur l’organisme. Un indice PRAL qui est égal à 0 (zéro) signifie que l’aliment est neutre et qu’il n’a pas d’influence sur l’équilibre acido-basique.

L’indice PRAL du citron est égal à – 2,25, une valeur négative qui traduit l’effet alcalinisant de cet agrume. Il augmente, ainsi, les réserves alcalines au niveau du corps. De ce fait, il alcalinise le sang. Il est donc alcalin pour l’organisme.Citronnade en vue

Comment le citron peut-il devenir alcalin ?

Ainsi, le citron qui est particulièrement acide avant la digestion, devient alcalin après la digestion.

En effet, les acides qui confèrent le goût acidulé du citron sont volatils. Lorsqu’ils sont oxydés, ils sont éliminés par les poumons sous forme gazeuse, de gaz carbonique. Lorsque l’organisme oxyde ces acides au cours de la digestion, ils se transforment en bicarbonates qui sont des résidus alcalins. La teneur du citron en potassium permet de transformer l’acide citrique en citrate qui est brûlé dans l’organisme tout en laissant un résidu alcalin. Ainsi, lorsque le citron est métabolisé dans l’organisme, il devient alcalin, car les acides organiques perdent leur acidité par oxydation lors du processus digestif. Ce métabolisme contribue à la transformation de l’acide organique en composants alcalins (carbonate et bicarbonate).

Aussi, le citron renferme des éléments alcalins, notamment, le potassium, le calcium et le sélénium. Ces oligo-éléments ont un fort pouvoir alcalinisant. Du coup, le citron contient de l’acide citrique qui est un acide faible, et des nutriments qui sont alcalins. Ces sels minéraux restent dans l’organisme et l’alcalinisent au cours du métabolisme tandis que l’acide faible est rapidement éliminé par les poumons. Ces acides sont facilement métabolisés en acide carbonique en vue d’être éliminés par les poumons.

C’est donc, le processus d’oxydation qui prend place durant la digestion qui transforme le citron en aliment alcalin avec un effet bien marqué au niveau de l’organisme.

Pourquoi, le citron peut-il, parfois, rester acidifiant ?

Mais, certains sujets ne parviennent pas à métaboliser correctement les acides organiques du citron. Ces acides ne sont pas bien digérés et ne peuvent pas être transformés en composants alcalins. Ces sujets oxydent mal les acides faibles qui, dans l’organisme, restent toujours des acides, obligeant l’organisme à utiliser les minéraux disponibles dans les os, les dents, les cartilages en vue de neutraliser cette acidité du citron. Les conséquences sont bien, évidemment, une déminéralisation des dents tout en favorisant l’apparition de certaines pathologies (l’ostéoporose, le diabète, l’inflammation rhumatismale, etc.).

Paire de citrons

Ces sujets sont, principalement, ceux qui ne tolèrent pas ou ne supportent pas bien l’acidité de cet agrume ; ils vont, alors, mal le métaboliser. Ils sont, généralement, affectés par une acidose marquée par une acidité excessive du sang, par une faiblesse métabolique (métabolisme lent ou faible), une faiblesse des émonctoires (le rein, le foie). Chez ces sujets qui ne parviennent à absorber ou gérer l’acidité, l’absorption du jus de citron, surtout en cas d’acidose, entraîne un excès d’acide non transformé susceptible de favoriser une déminéralisation.

Les personnes qui métabolisent mal le citron, ont souvent des brûlures d’estomac ou des reflux gastro-œsophagiens.

En somme, le citron est acide avant la digestion, puisqu’il renferme des acides organiques en forte concentration et possède un pH compris entre 2 et 2,5. Mais, il devient alcalin après le processus de la digestion, avec un effet alcalinisant dans l’organisme ; un effet qui est bien supérieur à sa teneur en acide citrique. Le jus de citron, totalement digéré et métabolisé, devient alcalin.

Ainsi, le citron n’est pas à la fois acide et alcalin, mais c’est un fruit acide à l’extérieur du corps qui peut devenir alcalin à l’intérieur du corps. C’est pourquoi, il est considéré comme un fruit alcalinisant malgré son pH acide, en prenant en compte l’effet qu’il produit dans l’organisme quand il est bien métabolisé. Ainsi, il est dit alcalin en tenant compte de résidus alcalins qu’il libère après le métabolisme.

4 réflexions sur “Le citron : acide, alcalin… ou les deux ?”

  1. Le citron est acide. Dire qu’il est alcalin est un abus de langage. C’est très bien expliqué dans cet article (qui conclut malheureusement par « il est dit alcalin »).

  2. Très bon article qui explique l’acidité du citron dans l’absorbtion et l’alcalinité dans la digestion. Parfait, je continue donc à prendre mon jus de citron dilué chaque matin!

  3. Quel ramassis de conneries, le citron est bien acide mais même pas autant que l’acide chlorhydrique sécrété par l’estomac.
    Le pH sanguin est essentiellement maintenu dans une mince fourchette de 7.38 à 7.44 par le système respiratoire et rénal.
    L’acidité volatile est simplement rejeté sous forme de CO2 provenant du système tampon bicarbonate.

    H+ + HCO3- donne CO2 et H2O

    Le système rénal va excréter les acides forts et influencera le pH des urines mais non du sang.
    Au pH physiologique, le tampon citrique/citrate n’est même plus dans sa zone d’influence, tout est alors présent sous forme de citrate. Toute cette théorie de l’acidification par l’alimentation est une vaste fumisterie, notre équilibre pH provient de millions d’années d’évolution et ce ne sont pas de vulgaires fumistes qui sur une base pseudo-scientifique vous explique une acidification théorie mais combien irréelle afin de vous vendre des produits alcalinisants.

    Je défie quiconque de démontrer l’effet d’un aliment sur le pH sanguin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.